Partir au pair ?

C’était une idée qui s’encrait dans ma tête depuis quelques temps déjà. La première fois, c’était au lycée. Mais pensant qu’une aventure comme celle ci pourrait bouleverser ma vie, je m’étais donnée un peu de temps (et j’ai eu bien raison). J’avais décidé de partir après ma Licence. Je l’ai attendue cette aventure pendant trois longues années sur les bancs de l’université. Régulièrement, je m’endormais en amphi (Oh oui, je suis ce genre de fille qui peut faire des siestes pendant les cours) et je rêvais de l’Amérique, les States comme on le dit si bien. Et puis après ces longues siestes (et quelques partiels réussis), il est venu le temps de se réveiller et de commencer les démarches.

18925831.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx– The Nanny Diaries avec S.Johansson –

Mais avant le départ

Il faut préparer et ça peut être long …

Devenir au pair, c’est, numéro 1, beaucoup de paperasses. Entretien d’Anglais, Dossier Internet (lettre de motivation, références, vidéo de présentation … Ah tiens en parlant de celle là, je l’ai recommencé environ 200 fois! Sur deux jours, tu t’improvises producteur de film et acteur « Hello, my name is Marie & BlaBlaBla ». Tout ça en Anglais, connaissant le niveau moyen d’Anglais d’un Français, je vous laisse imaginer la suite.

Tu crois qu’après tout ça, tu en as fini. Et bien non mon ami, vient maintenant mon numéro 2, la recherche de famille. Et bien oui, être au pair c’est s’occuper d’enfants tout en vivant dans leur famille (et être femme de ménage, cuisinière, professeur de Français et d’arts , taxi …) = liste non exhaustive, d’où l’importance de mon numéro 2. Moi, j’ai eu beaucoup de chance. Je suis tombée sur une très bonne famille qui me fait vivre cette expérience comme je l’avais imaginé – une belle expérience qui change une vie. Mais ce n’est pas toujours le cas.

Cette recherche de famille, c’est une grande loterie. Beaucoup de joueurs mais seulement quelques gagnants.

18925830-1.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

* Quelques sujets importants à aborder avec l’éventuelle future famille: Disponibilité de la voiture pendant le temps libre et le temps de travail (si tu ne veux pas te retrouver à amener les enfants à pieds à l’école sous -10°c et tempête de neige (véridique!), Existence d’un couvre feu (si tu ne veux pas avoir l’impression de retourner au collège à plus de 18 ans! Le couvre feu à 22h en semaine et 1h du matin en week-end ça existe … quand tu es au pair), la ville de destination est importante mais pas uniquement (Miami ? C’est cool mais si tu dois travailler comme une esclave avec une host famille vraiment pas tendre avec toi, tu ne seras pas heureux! Chicago ? C’est aussi cool, certes il fait froid l’hiver (même très froid, voir très très froid, il y a de la neige, beaucoup de neige) mais si tu as de chouettes horaires et une host famille (et hosts kids) vraiment sympa, alors fonce :)

Lorsque le numéro 2 est clos et que tu as trouvé LA famille, il est temps de repasser à la paperasse encore et encore (Visa, passeport et encore des papiers).

Enfin finit la paperasse? Reste l’étape ultime, le numéro 3, et pas des moindres – préparer sa valise (sa seule et unique valise) pour un an!

Suite au prochain épisode …

Bon week-end :)

Publicités